#mobilité

Mon roadtrip dans le Grand Sud-Ouest 100% électrique !

J’ai beaucoup roulé depuis un an avec ma Renault Zoé et, comme promis dans l’une de mes publications, je vais vous partager mon retour d’expérience.

Ma Zoé 100% électrique

Pour commencer, sachez que j’en suis fan !

Elle est hyper agréable à conduire, elle a du punch et, comme toutes les voitures électriques, elle dispose d’une boîte de vitesses automatique.

J’ai l’avant-dernière version, qui a une autonomie moyenne de 300 km. Cette autonomie varie en fonction du style de conduite et du type de route empruntée (ayant une incidence notamment sur votre vitesse). L’autonomie sera moins importante sur autoroute (à diviser par 3 selon moi) et plus importante sur route départementale car la batterie se recharge grâce aux freinages et ralentissements, lorsque l’on arrive dans un village par exemple.

Mes outils indispensables

La solution de recharge ZeWatt

J’ai pris l’abonnement de 2€ par mois qui me permet d’avoir accès à toutes les bornes du réseau GIREVE installées par des fournisseurs ayant un partenariat avec ZeWatt.

Aujourd’hui, je vous confirme que nous ne manquons pas de bornes sur le territoire !

Dans l’application mobile, lorsque vous cliquez sur une borne dans la carte interactive, vous accédez aux tarifs de charge, soyez-y vigilants 😉

PS : si vous rechargez également votre voiture chez vous, je vous recommande de souscrire à une offre d’énergies renouvelables. Greenpeace a réalisé un guide sur le sujet : https://www.guide-electricite-verte.fr/.

 

L’application GPS Waze

L’application mobile me permet de trouver le meilleur itinéraire sans passer par l’autoroute. Je saisis la destination, je clique sur « Itinéraires », puis sur l’icône des réglages en haut à droite et je coche « Éviter les routes à péage ».

 

Mon style, l’écoconduite !

Notre manière de conduire a un impact fort sur notre consommation d’énergie, que l’on ait un véhicule thermique, hybride ou électrique.

Certains véhicules comme la Renault Zoé dispose d’un indicateur permettant d’évaluer notre conduite.

J’aime souvent dire qu’il faut être doux comme un agneau 😛 Les conseils pour tous types de véhicule sont les suivants :

Avant le départ

  • Ajuster régulièrement la pression des pneus du véhicule en fonction des recommandations du constructeur, la réduction de la surface de contact au sol du pneu optimisant le roulement.
  • Optimiser l’aérodynamisme en supprimant les accessoires type galeries de toit ou porte-vélos, qui rendent difficile la bonne pénétration dans l’air du véhicule.
  • Alléger le véhicule en ne transportant rien d’inutile, la quantité d’énergie nécessaire pour se déplacer augmentant avec le poids.
  • Limiter l’utilisation des accessoires électriques : radio, climatisation … il n’y a pas d’électricité sans énergie.
  • Se souvenir qu’un véhicule bien entretenu consomme moins.
  • Des produits fabriqués soi-même et au naturel. Il est possible de réaliser des produits au naturel pour la voiture : un lave-glace, un savon liquide et un lustrant pour nettoyer la carrosserie, un nettoyant toutes surfaces pour l’intérieur, un nettoyant pour enjoliveur en métal et un produit à vitres.

 Pendant la conduite

  • Démarrer sans trop accélérer, rouler à vitesse réduite quelques minutes, puis adopter progressivement un rythme de croisière normal.
  • Changer de vitesse dès que possible pour toujours être dans le rapport le plus élevé. Plus le nombre de tours/minute est élevé, plus le véhicule consomme du carburant (valable pour les véhicules thermiques ne disposant pas d’une boîte de vitesses automatique).
  • Réduire la vitesse d’une dizaine de km/h ne met pas en retard. La plus grande résistance à l’avancement du véhicule c’est la résistance de l’air, celle-ci augmentant avec la vitesse.
  • Maintenir une vitesse constante. A chaque fois que l’on freine cela signifie que la vitesse était trop élevée ; cela consomme de l’énergie inutilement. Si la voiture est équipée, le régulateur de vitesse sur voie rapide est une bonne alternative.
  • Anticiper les ralentissements et décélérer doucement en laissant le véhicule se ralentir lui-même et en utilisant le principe de la rétrogradation et du frein moteur.
  • Dans les embouteillages, nous avons tendance à accélérer, avancer d’un mètre, freiner … et à répéter cette opération plusieurs fois. Une zone tampon avec la voiture de devant n’a pas d’incidence sur la durée du parcours mais réduira le nombre de démarrage et donc d’énergie consommée. Cela permet également d’éviter l’effet domino en cas d’accident.

De plus, j’ai pris l’habitude d’afficher ma consommation instantanée de KiloWatts. La valeur est positive lorsque l’on consomme de l’énergie et négative lorsque la batterie se recharge lors des freinages et ralentissements ; cela me permet d’optimiser ma conduite.

Mes conseils

C’est l’expérience qui permet d’apprendre

Au début, vous vivrez des situations un peu inconfortables puis vous développerez votre résilience.

Il m’est arrivée de chercher désespérément un endroit où me recharger car je n’avais pas réussi à utiliser une borne (astuce : bien lire les indications sur l’écran :)) ou encore de faire mon premier long trajet en hiver sans chauffage, avec une couverture polaire qui m’enveloppait, par peur de manquer d’autonomie lol

Avant mon premier long trajet j’étais un peu anxieuse, et maintenant je suis sereine et pars en toute tranquillité. Je mets la climatisation par temps caniculaire et même la musique lol Plus vous expérimenterez, plus vous connaitrez votre voiture électrique et la distance que vous pourrez parcourir en fonction de votre style de conduite et des routes empruntées.

Il est important de changer notre rapport au temps

L’autoroute est souvent synonyme de gain de temps mais pas d’émerveillement 😉

Par exemple, lorsque je fais un Toulouse/Perpignan, j’ai le choix entre :

–         Prendre l’autoroute avec une recharge à mi-parcours à Carcassonne par exemple. La durée du trajet est de 2h, à laquelle il faut ajouter le temps de charge et 19€ de péage !

–         Prendre les routes départementales et nationales. La durée est de 3h15 sans avoir à recharger, avec en cadeau la beauté des paysages. Je suis à chaque fois impatiente de rouler sur les petites routes des Corbières 🙂

Pour les courtes distances, le GPS conseille le plus souvent le trajet le plus rapide, mais ce n’est pas forcément le plus écologique. Il est important de choisir l’itinéraire ayant le meilleur rapport temps, distance et embouteillage.

Bonne route !

Rédigé par Sandrine Garcia